Les 300 Hiroshima de l’Italie.

0

Les 300 Hiroshima de l’Italie

Les 300 Hiroshima de l’Italie

L’art de la guerre

Tandis que le mot « sécurité » nous assourdit les oreilles, amplifié par les mégaphones politico-médiatiques, les paroles du ministre de la défense russe Choïgou sur la toujours plus périlleuse confrontation nucléaire en Europe sont tombées dans le silence. Aucune alarme, aucune réaction gouvernementale en Italie à l’égard de ce qu’il a dit : « Environ 200 bombes nucléaires étasuniennes sont stockées en Italie, Belgique, Hollande, Allemagne et Turquie, et cet arsenal nucléaire est l’objet d’un programme de rénovation ». Pour cette raison, « les forces missilistiques stratégiques russes tiennent plus des 95% des lanceurs prêts à tout moment au combat ». Et tandis qu’un sous-marin russe lance depuis la Méditerranée contre des objectifs de l’EI (Etat islamique) en Syrie des missiles cruise Kalibr (qui parcourent environ 3mille Km à basse altitude en accélérant dans leur phase finale à trois fois la vitesse du son), le président Poutine avertit : « les missiles Kalibr peuvent être armés aussi bien avec des têtes conventionnelles qu’avec des têtes nucléaires », ajoutant que « cela n’est certainement pas nécessaire dans la lutte contre les terroristes, et j’espère que cela ne sera jamais nécessaire ».

Ce message clair adressé en réalité à l’Otan, en particulier aux pays européens dans lesquels sont stockées les armes nucléaires étasuniennes, se trouve présenté par les médias comme la « boutade » d’un Poutine qui « montre ses muscles ». Ainsi n’alarme-t-on pas la population, en la laissant dans l’ignorance du danger auquel elle est exposée. Les environ 70 bombes nucléaires USA B-61, prêtes à l’emploi dans les bases d’Aviano et de Ghedi-Torre, sont sur le point d’être remplacées par les B61-12. Dans ce but -documente la Fédération des scientifiques américains (Fas) avec des photos satellitaires- a été effectué l’upgrade des deux bases, où en 2013 et 2014 s’est déroulé le Steadfast Noon, l’exercice Otan de guerre nucléaire avec la participation aussi de chasseurs F-16 de la Pologne, qui s’est offerte pour accueillir de nouvelles bombes nucléaires USA. La B61-12 est une nouvelle arme nucléaire qui, larguée à environ 100 Km de l’objectif, est projetée pour « décapiter » le pays ennemi dans un first strike nucléaire. On efface ainsi la différence entre armes nucléaires stratégiques de longue portée et armes tactiques de courte portée. On ne sait pas combien de B61-12 seront stockées en Italie mais, avec une estimation par défaut, on calcule que leur puissance destructrice équivaudra à celle d’environ 300 bombes de Hiroshima.

Selon les règles du Groupe de planification nucléaire de l’Otan, dont fait partie l’Italie, les pays qui hébergent les armes nucléaires USA « mettent à disposition des avions équipés pour transporter des bombes nucléaires et du personnel entraîné à cet effet », mais « les Etats Unis conservent le contrôle absolu et la surveillance de ces armes nucléaires ». La Fas confirme qu’à Ghedi Torre sont stockées les bombes nucléaires étasuniennes « pour les Tornado italiens » et que des pilotes italiens sont entraînés à leur utilisation. Comme on prévoit de remplacer les Tornado par les F-35, les premiers pilotes italiens, qui ont complété en novembre l’entraînement sur les F-35 dans la base Luke de la US Air Force en Arizona, sont entraînés aussi à l’utilisation des B61-12.

B61-12

L’Italie viole de ce fait le Traité de non-prolifération ratifié en 1975, qui l’ « engage à ne pas recevoir de quiconque des armes nucléaires, ni le contrôle sur de telles armes, directement ou indirectement » (Article 2). Elle est devenue par conséquent une base avancée de la stratégie nucléaire USA/Otan et, donc, une cible de représailles nucléaires. Vitale est la bataille pour la dénucléarisation de l’Italie, sans laquelle la requête générique de l’abolition des armes nucléaires devient une couverture démagogique pour qui ne veut pas affronter la question nodale. Preuve que l’assoupissement des consciences a amené aussi à la perte de l’instinct de survie.

Articolo in Italiano

Mentre la parola «sicurezza» ci rintrona gli orecchi amplificata dai megafoni politico-mediatici, le parole del ministro della difesa russo Shoigu sul sempre più pericoloso confronto nucleare in Europa sono cadute nel silenzio. Nessun allarme, nessuna reazione governativa in Italia riguardo a ciò che ha detto: «Circa 200 bombe nucleari Usa sono schierate in Italia, Belgio, Olanda, Germania e Turchia, e questo arsenale nucleare è soggetto a un programma di rinnovamento».

Per tale ragione, «le forze missilistiche strategiche russe mantengono oltre il 95% dei lanciatori pronto in ogni momento al combattimento». E mentre un sottomarino russo lancia dal Mediterraneo contro obiettivi Isis in Siria missili cruise Kalibr (che percorrono circa 3mila km a bassa quota accelerando nella fase finale a tre volte la velocità del suono), il presidente Putin avverte che «i missili Kalibr possono essere armati sia con testate convenzionali sia con testate nucleari», aggiungendo che «certamente ciò non è necessario nella lotta ai terroristi, e spero non sarà mai necessario». Questo chiaro messaggio diretto in realtà alla Nato, in particolare ai paesi europei in cui sono schierate le armi nucleari Usa, viene presentato dai media come la «battuta» di un Putin che «mostra i muscoli». Non si allarma così la popolazione, lasciandola all’oscuro del pericolo cui è esposta.

Le circa 70 bombe nucleari Usa B-61, pronte all’uso nelle basi di Aviano e Ghedi-Torre, stanno per essere sostituite dalle B61-12. A tale scopo — documenta la Federazione degli scienziati americani (Fas) con foto satellitari — è stato effettuato l’upgrade delle due basi, dove nel 2013 e 2014 si è svolta la Steadfast Noon, l’esercitazione Nato di guerra nucleare con la partecipazione anche di caccia F-16 della Polonia, che si è offerta di ospitare le nuove bombe nucleari Usa.

La B61-12 è una nuova arma nucleare che, sganciata a circa 100 km dall’obiettivo, è progettata per «decapitare» il paese nemico in un first strike nucleare. Si cancella così la differenza tra armi nucleari strategiche a lungo raggio e armi tattiche a corto raggio.

Non si sa quante B61-12 saranno schierate in Italia ma, con una stima per difetto, si calcola che la loro potenza distruttiva equivarrà a quella di circa 300 bombe di Hiroshima. Secondo le regole del Gruppo di pianificazione nucleare della Nato, di cui fa parte l’Italia, i paesi che ospitano le armi nucleari Usa «mettono a disposizione aerei equipaggiati per trasportare bombe nucleari e personale addestrato a tale scopo», ma «gli Stati uniti mantengono l’assoluto controllo e la custodia di tali armi nucleari». La Fas conferma che a Ghedi sono stoccate le bombe nucleari Usa «per i Tornado italiani» e che piloti italiani vengono addestrati al loro uso.

Poiché si prevede di sostituire i Tornado con gli F-35, i primi piloti italiani, che hanno completato in novembre l’addestramento sugli F-35 nella base Luke della U.S. Air Force in Arizona, vengono addestrati anche all’uso delle B61-12.

L’Italia viola così il Trattato di non-proliferazione ratificato nel 1975, che la «impegna a non ricevere da chicchessia armi nucleari, né il controllo su tali armi, direttamente o indirettamente» (Art. 2). È divenuta di conseguenza base avanzata della strategia nucleare Usa/Nato e, quindi, bersaglio di rappresaglia nucleare. Vitale è la battaglia per la denuclearizzazione dell’Italia, senza di cui la generica richiesta dell’abolizione delle armi nucleari diventa copertura demagogica per chi non vuole affrontare la questione nodale. A dimostrazione che l’assopimento delle coscienze ha portato anche alla perdita dell’istinto di sopravvivenza.

mappa-bombe-nucleare-Italia

di Manlio Dinucci

G.M.S.

G.M.S. conosciuto dagli amici come Gianca-ex incursore di Marina, laureato in scienze politiche. Ha viaggiato molto in Africa francofona, Medio Oriente e Sud America, oggi in pensione, si occupa di tematiche escatologiche e sociali ma conserva l’amore per i viaggi e nuove conoscenze.

Rispondi

Translate »
%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: